Le pouvoir de tout guérir

L’histoire de Joanne


Femme touchant l’ourlet du vêtement du Christ.

La dépendance de mon mari à la pornographie et à la masturbation ont commencé peu après notre mariage. Celas'est produit progressivement et il me le confessait toujours rapidement quand il chutait dans des crises de plus en plus graves et fréquentes. Il a fallu des années avant que nous n’employions le mot « dépendance » et avant qu’il ne s’engage à trouver de l’aide en dehors de la maison.

Les dépendances de mon mari m’ont affectée de bien des manières. Je me sentais trahie par son comportement, mon estime personnelle en souffrait et je ne me sentais pas à la hauteur. Bien qu’il ne m’ait jamais rien reproché, je pensais que, si j’étais un peu meilleure, il serait plus heureux et il ne se tournerait pas vers ses dépendances. Je marchais sur des œufs quand il était irritable ou déprimé, m’inquiétant constamment qu’il cède à la tentation. Je suis devenue suspicieuse et paranoïaque, j’avais honte parce que mon mari n’était pas l’homme que je pensais avoir épousé, ni la vie celle que j’avais espérée. J’ai longtemps cru que ce problème finirait par disparaître, si bien que je n’ai pas voulu confier ce secret à qui que ce soit pour trouver du soutien. Je me sentais vraiment très seule.

Je me culpabilisais et je vivais dans la peur et l’anxiété en pensant à l’avenir, je me sentais responsable des dépendances de mon mari. J’ai essayé de gérer ses choix en commençant à lui imposer des règles. Mais je suis finalement arrivée au point où j’ai ressenti que ma situation était sans espoir. Aucun de mes efforts personnels pour le changer ne marchait. Malgré les filtres, les contrôles et des activités spirituelles de plus en plus nombreuses, ses dépendances ont empiré au lieu de diminuer. J’ai supplié, j’ai pleuré et je lui ai fait honte pour qu’il change. Et malgré tous mes efforts pour être intimement plus proche de lui, il rechutait toujours. Après chaque crise, j’étais de plus en plus déçue d’échouer en ce qui me concernait, et que de son côté, il n’essaie pas de faire plus d’efforts.

Après quelque temps, j’ai découvert le programme de traitement de la dépendance et j’ai commencé à discuter anonymement sur l’Internet avec d'autres femmes dans le même cas que moi. Mes amies Internet et les femmes des groupes de soutien du PTD m’ont sortie de l’endroit sombre et solitaire où je souffrais.

Après avoir consciencieusement découvert quelles étaient les trois premières étapes, j’ai enfin compris que Dieu était à la barre. Mon mari avait son libre arbitre. Bien que je ne puisse pas contrôler mon mari, je savais que mon Père céleste m’aimait. Je suis sa fille et je savais qu’il me soutiendrait quoi qu’arrive. Le programme de traitement de la dépendance enseigne le même processus de repentir et de guérison que celui que nous apprenons dans l’Évangile. Le pouvoir guérisseur de l’Expiation s’applique à toutes les personnes qui souffrent. J’ai trouvé de l’espoir grâce à mon Sauveur et j’ai pu lui confier mes peines et mes peurs.

Depuis que je participe au programme de traitement de la dépendance, j’ai appris que les dépendances de mon mari ne sont pas de ma faute. Je ne les ai pas causées. Je ne veux plus gaspiller mon énergie à m’inquiéter de ce qu’il fait à chaque heure de la journée. Je peux l’aimer et, avec l’aide du Sauveur, lui pardonner. J’ai appris à abandonner ma volonté au Seigneur. Je sais que, même si le pire scénario se réalisait, je m’en sortirais. Le Seigneur ne m’abandonnera pas. J’ai l’espoir que le Sauveur guérira aussi mon mari, en son temps et selon la volonté de mon mari.

J’ai appris que, quelle que soit ma situation, je suis responsable de mon bonheur. Je peux toujours recevoir la paix de mon Père céleste, quels que soient les choix des autres. Je peux contrôler une chose dans cette vie : la façon dont je réponds aux difficultés que je rencontre. Dieu ne retirera pas les difficultés de mon chemin si cela enfreint le libre arbitre de quelqu’un d’autre, mais je peux avoir la force dont j’ai besoin pour supporter ces épreuves par le pouvoir de Jésus-Christ.

Aujourd’hui, mon mari fait toujours des rechutes mais j’ai appris à confier mes déceptions au Seigneur. Je peux aimer mon mari malgré ses dépendances et nous sommes un couple meilleur et plus heureux grâce à cela. J’ai eu la bénédiction de rencontrer des femmes inspirantes qui m’ont soutenue dans mes moments difficiles, et de nouer des relations avec elles. Ayant reçu de nombreuses manifestations de l’amour de mon Père céleste, j’ai une compréhension nouvelle de l’Expiation. Je suis si reconnaissante des grandes bénédictions que j’ai reçues de Dieu, pendant cette expérience difficile.